Mot du maire

René-Jean Pagé

lac-sergent-maire@derytele.com

 

Chères sergentoises, chers sergentois

Lors de la dernière séance du conseil de ville, tenue le 20 février dernier, le conseil a jugé bon de retirer le point 10.1 de l'ordre du jour. Ce point correspondait au Retrait du projet de collecte, d'interception et de traitement des eaux usées dans le cadre du programme Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU).

Programme d'infrastructure auquel la ville de Lac-Sergent a souscrit en 2016, prévoyant le raccordement des eaux usées pour 326 habitations, dont 134 habitations permanentes et 192 habitations secondaires et chalets. Travaux représentants une somme estimée à 13,332,707.00 $

Programme dont son acceptation se limitait à une admissibilité restreinte en termes d'habitation, le MAMOT refusant alors de reconnaître l'admissibilité entière des habitations visées par notre demande initiale. En effet, seules les habitations permanentes furent acceptées par le programme, 134/326 représentant le ratio du calcul final de la subvention applicable.

En conséquence, une aide financière de l'ordre de 4,548,676.00 $ fut offerte par le MAMOT, somme relativement importante, mais tristement inférieure à la somme espérée de 11,066,146.81 $ soit 83 % de 13,332,707.00 $.

Le conseil dont je fais partie a longuement discuté en séance de travail de ce projet qui, vous le savez, n'a jamais fait l'unanimité au sein de celui-ci. Dans un choix, seule une option est retenue, et dans ce cas-ci, le choix de son refus fut ultimement évité en séance du 20 février dernier.

Les prochains mois, tel en ont décidé les élus présents au dernier conseil de ville, deviendront pour les uns, une possible réalisation de ce projet, pour les autres, une occasion de mettre fin à ce projet d'infrastructure majeur, qui, à tout le moins reconnaisse les avantages incontournables d'un tel projet pour la sauvegarde du lac.

Dès les prochains jours, je travaillerai de pair avec les élus, afin de convenir avec eux de la nécessité de donner suite à l'engagement moral dicté en séance du 20 février dernier, engagement démontrant une pleine et entière écoute publique émanent de ce dossier.

La formule idéale sera donc étudiée, et cette formule dite consultative correspondra à l'urgence d'agir, car il y a urgence d'en arriver à une ligne directrice.

Je vous remercie.

 

René-Jean Pagé

MAIRE