Infolettre - Dossier de la navigation au lac Sergent

Publié le 18 novembre 2020

 En mars dernier, la ville de Lac-Sergent annonçait la tenue de consultations publiques concernant sa demande à Transports Canada afin d'imposer certaines restrictions à la navigation pour les embarcations sur le plan d'eau du lac Sergent.

Compte tenu des directives de la Santé publique sur les rassemblements en période de pandémie le dépôt de cette demande à être reporté.

La demande formulée par notre municipalité en vertu de la protection de l'environnement est la suivante: 

  • Limiter la vitesse des embarcations motorisées à 10 km/h dans une zone de 30 mètres des rives et des herbiers du myriophylle à épi; 
  • Limiter l'utilisation des embarcations à ballast (type wakeboard), à plus de 100 mètres des rives, au secteur de la partie nord du lac dont la profondeur est de 4 m et plus. 

Cette demande fait suite à une plainte d'un usager demandant le retrait des bouées de rives en place depuis de nombreuses années et par le comportement de certains utilisateurs d'embarcations à ballast (type wakeboard) qui circulent dans les secteurs peu profonds du lac causant des dommages au fond marin, aux rives et aux quais existants. 
La Ville désire donc vous fournir certains des éléments qui l'a menée à présenter une demande de restriction à la navigation à Transports Canada et obtenir votre opinion et vos idées par le sondage en ligne qui se trouve à la fin de cette infolettre.
 
Augmentation des embarcations motorisées

 Au cours des trois dernières années, on a noté un accroissement constant du nombre d'embarcations motorisées sur le lac. Certains types d'embarcations et des comportements douteux de quelques utilisateurs contribuent à accroître l'érosion des rives, le brassage des sédiments et la propagation du myriophylle à l'épi.


 
Afin de permettre à l'ensemble des usagers du lac d'avoir une meilleure compréhension de la situation et des problématiques, nous vous transmettons un résumé des informations qui a conduit le Conseil de ville à présenter cette demande.
 
Caractéristiques du lac Sergent 

  • Superficie: 2,1 km²;
  • Profondeur maximale: 7,9 mètres (26 pieds);
  • Profondeur moyenne de 2,7 mètres (9 pieds);
  • Présence importante d'herbiers de myriophylle à l'épi et de quelques hauts fonds;
  • Rives occupées à des fins résidentielles ou de villégiature, en plus du club nautique avec son camp de jour et son club de canoë-kayak;
  • En 2020, plus de 250 embarcations ont été mises à l'eau à la rampe municipale;
  • Cohabitation de nombreuses activités:
    1. Baignade;
    2. Pêche;
    3. Embarcations non motorisées: canoës et kayaks de compétition, canots, kayaks de lac, planches à voile, planches à pagaie (paddle board), voiliers, etc.;
    4. Embarcations motorisées: bateaux, pontons, moto-marines, chaloupes, embarcations pour sport tracté de remorquage (ski nautique, wakeboard, surf et autres);
    5. Hydravions. 

Bathymétrie ou profondeur du lac
 
En 2019, un relevé bathymétrique (cartographie du fond marin) a été effectué afin de mieux déterminer les profondeurs d'eau pour l'ensemble du lac. Le dernier relevé avait été effectué en 1975.

 
La carte suivante vous permet de visualiser la bathymétrie du lac par strate de 25 cm.
 

 
Suite à cette activité, une comparaison avec la bathymétrie réalisée en 1975 a été faite afin de constater les variations de plus de 25 cm durant cet intervalle de 44 ans. 

Cette comparaison comporte des imprécisions compte tenu des méthodes utilisées entre les deux époques, mais elle permet tout de même de vérifier certains secteurs ayant des écarts plus significatifs. Vous noterez que dans certaines zones la variation du fond marin atteint jusqu'à 1,5 m. Les zones affectées sont adjacentes, soit à certains tributaires, soit aux espaces les plus fréquentés par les embarcations motorisées.


 Les cartes suivantes localisent ces zones en fonction de la profondeur du lac et des des bouées de rives.

 


Myriophylle à épi

Le myriophylle à épi est une plante envahissante qui se répand par fragmentation, c'est-à-dire que lorsque les tiges de la plante sont coupées par des hélices de bateaux, des pagaies ou autre, la partie fragmentée se dépose au fond de l'eau et se reproduit. 

Aucune méthode permettant l’éradication complète de cette plante n’est encore connue. Cependant, certaines actions permettent d’en limiter la propagation. Pour ce faire, un certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement est requis pour les lacs publics et, ce dernier, n'autorise ces actions que dans les secteurs où le myriophylle à épi compose plus de 50% de l'herbier présent. 

En collaboration avec le conseil du Bassin versant et la CAPSA, la Ville met à l'essai actuellement l'application de toiles de jute sur un des herbiers identifiés afin de contenir l'expansion de la plante dans ce secteur. Une caractérisation complète du lac a été finalisée à l'été 2020 et vous pouvez constater, sur la carte ci-après, la localisation des herbiers constitués à plus de 50% de myriophylle à l'épi qui couvrent un peu plus de 450 000 pi².



Embarcations motorisées 

La vitesse et surtout l'accélération des embarcations dans les zones peu profondes sont une source des problématiques suivantes:

  • la remise en suspension des sédiments;
  • l'érosion des berges;
  • la prolifération du myriophylle à l'épi par fragmentation de la plante par les hélices des moteurs;
  • les dommages aux toiles installées afin de limiter la propagation du myriophylle à l'épi. 

Ces facteurs contribuent:

  • au relargage du phosphore accumulé dans les sédiments;
  • à la détérioration des eaux du lac;
  • à l'accélération de l'eutrophisation du lac;
  • aux risques d'éclosion d'algues bleu-vert;
  • et à la propagation des plantes envahissantes.

Code d'éthique des utilisateurs et de sensibilisation 

Malgré le fait que l'ensemble des utilisateurs apposent leur signature annuellement pour le respect du code d'éthique, de nombreux manquements sont observés de façon régulière de la part de certains usagers: 

  • la non-observance de la limite recommandée de 10 km/h à l'intérieur des bouées de rives;
  • les bouées de rives servent de parcours de slalom et des manœuvres d'accélération en boucle, en zone peu profonde près des rives, sont observées;
  • l'accélération de façon excessive avant d'avoir franchi les bouées de rives;
  • la circulation d'embarcations à plus de 10 km/h dans les herbiers de myriophylle à épi;
  • l'ancrage d'embarcations dans les herbiers de myriophylle ou l'amarrage à des bouées;
  • la pratique du ski nautique, du wakeboard ou de la trippe à partir des quais et à l'intérieur de la zone de 30 m de protection des rives;
  • le passage d'embarcations de type wakeboard endommage les quais des propriétaires, mais surtout cause une érosion des rives augmentant ainsi le volume de sédiments qui se retrouvent en suspension pour se déposer au fond du lac par la suite. 

Résumé  

 Le Conseil de ville se voit dans l'obligation de faire une demande de restriction afin de conserver l'utilisation des bouées de rives et de navigation. Il s'agit de l'ultime recours à notre disposition compte tenu;

  • de la plainte déposée par un individu qui ne semble pas vouloir accepter la présence des bouées de rives;
  • de l'utilisation d'un type de bateau (wakeboard) qui n'est pas adapté à notre lac peu profond et qui met en péril sa pérennité.

L'objectif des consultations publiques est de permettre, par la concertation entre les différents intervenants, une collaboration pour trouver des mesures alternatives efficaces afin de régler les comportements problématiques constatés. Ces mesures seraient mises à l'essai lors de la prochaine saison.

À cet effet nous aimerions connaître votre opinion en complétant le sondage suivant: SONDAGE
 
Advenant un consensus où la mise en place des mesures alternatives est respectée par tous les usagers, la Ville n'aura pas à soumettre une demande de restriction à Transports Canada.

Nous vous remercions de votre précieuse collaboration.

« Retour aux actualités